02

Sep

2014

Newzlettre de rentrée

Newslettre rentrée 2014

-Horizons Art-Nature en Sancy: mise en ligne de l'appel à candidatures pour l'édition 2015+ quelques images et quelques liens.

-l'Art dans les Bois: interview pour Ouest France.

-je serai dans le Jura pays dolois les 2 premiers we d'octobre:
TRIENNALE d'ART, organisée par ARCO, les 4, 5 et 11, 12 octobre chez Jo Bardoux 11 rue de la Petite-Forêt 39800 AUMONT.


 

L'appel à projet pour l'édition 2015 d' Horizons Art-Nature en Sancy est en ligne aujourd'hui.

Collègues n'hésitez pas à participer à cet événement!
Je ne peux que vous le conseiller. Parce que le Sancy est magnifique, parce que l'organisation est excellente, parce que le public est au rendez-vous et parce que la rémunération est bonne. 8000 euros. C'est ce qu'il faut, ni trop ni trop peu. Il y a le public local qui supporte la manifestation avec enthousiasme et honnêteté et talent. Il y a aussi un public composé de personnes qui sont "tombées" dessus par hasard et qui s'abonnent. Il y a aussi de l'improbable, pendant mon installation, j'ai eu la visite d'une étudiante coréenne. Et ainsi l'événement diffuse doucement, il percole comme un bon café!

Urbre Art Nature en Sancy 2014Quant à "Urbre", c'est dans les tuyaux, je devrais le réinstaller au printemps dans une médiathèque montpelliéraine.
grand merci à Andrée et Michel Corneloup pour les photos!

La vidéo de l'inauguration par Vincent Tiphine. Et l'inauguration côté organisation par Coralie Pellier.



Urbre Corneloup Cité au coeur d'Urbre - CorneloupUrbre - CorneloupUrbre - Corneloup
 


Pour l'Art est dans les Bois , j'ai répondu aux questions d'une journaliste d'Ouest France
Si cela vous intéresse, vous trouverez mes réponses dans le PDF ci-joint.

Après avoir renvoyé ma réponse, je me suis souvenue d'une anecdote que j'ai envie de partager avec vous. Cela concerne le besoin d'égalité dans la représentation des corps. Chacun doit pouvoir représenter son corps (le corps de son genre) ainsi que représenter le corps de l'autre ( celui qui anime sa libido). J'utilise cette formulation pour universaliser la question, pour qu'elle se soit pas trop hétéro-centrée. Mais dans les 2 genres "communs", il y en a un qui est nettement moins représentant que l'autre. Il y a un réel déficit en versions féminines des représentations masculines. Le présupposé étant que la version masculine universalise...
Après cette intro, je narre.
C'était en 2011, à la Ferté-Bernard, j'exposais une grande partie de mes travaux: une cité suspendue de plus de 20 modules, un Spiderman, des squelettes et surtout 2 grandes structures filaires "humaines". D'un côté, Inanna, sorte d'immense déesse à la poitrine démesurée et aux jambes effilées, et de l'autre, Exosphère, un homme nu prisonnier d'une bulle de foot. La plupart du temps, je traite le corps humain nu de façon réaliste. Inanna étant une déesse, ses attributs sont exagérés. Par contre, le corps masculin d'Exosphère est réaliste, échelle 1, musclé, en état de semi-érection. Ce n'est pas choquant, ni dans la mise en scène ni dans le traitement mais c'est réaliste, il y a des détails anatomiques.
Et alors? Alors des scolaires sont venus voir l'expo. Des petits et des plus grands. Ca s'est très bien passé, succès du Spiderman, des squelettes, du Réticule de la Girafe à l'entrée, de tout, des questions, de l'animation, deux visites de classe très agréables. Lors de la visite des plus grands, leur professeure leur a demandé de choisir une oeuvre et de la dessiner.
Ce qui s'est passé c'est qu'un tiers des élèves s'est réparti dans l'expo tandis que deux groupes se sont formés: un groupe de garçons s'est mis à dessiner Inanna tandis qu'un groupe de filles a dessiné Exosphère. C'est ce phénomène qui m'a marquée, cette répartition ainsi que l'ambiance, une sorte d'équilibre des forces en présence. Il y avait de la tension comme dans tout groupe, et de la tension liée au genre mais saine. Je me suis dis que j'avais armé chacun dans son rapport à l'autre ou qu'en tout cas, je n'avais pas acculé un genre contre l'autre en ne lui donnant aucune représentation.
Bien sûr, c'étaient des enfants intelligents et leur prof était pédagogue mais ce jour-là moi-aussi j'ai senti que j'avais bien fait mon travail et j'en ai ressenti de la fierté.